La loi du délai incompressible confirmée

De nos jours, le marché du cloud mobilise les efforts et les spéculations. On voit que les nouveaux géants s’y affrontent à coup de milliards (Amazon, Microsoft, Google) et que les anciens grands acteurs tentent d’y prendre leur place également (IBM, Oracle, SAP, etc.).

Alors que nous sommes presque en 2018, plus personne ne doute que le cloud, avec toutes ses déclinaisons, est désormais le présent et l’avenir de l’informatique d’entreprise. Les clients, même les plus gros, s’y intéressent (au moins) ou s’y précipitent. Plus personne ne clame « le cloud ? jamais chez moi ! ». Mais cette évolution qui semble désormais évidente a tout de même pris vingt ans à devenir une évidence.

En effet, c’est en 1998 que la notion d’ASP commence à apparaitre. Salesforce confirma le bien-fondé de la tendance peu après (1999) et les choses n’ont pas cessé de progresser depuis. Mais il a fallu quand même vingt ans pour que « l’Internetisation de l’informatique » (ainsi que je l’appelais dans une chronique parue dans 01 en 1998 justement) prenne forme, se renforce et devienne LE marché, tout simplement. Donc, si vous doutiez encore de la notion de « délai incompressible » (dix ans pour qu’une innovation s’installe, vingt ans pour qu’elle atteigne le premier seuil de généralisation et trente ans pour qu’elle se banalise), repensez au cloud…

Ce contenu a été publié dans Références. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire