05- Chapitre cinq – Les débuts du logiciel

Voici les illustrations en rapport avec le contenu du chapitre 5 – « Les débuts du logiciel« …

Une publicité dans un magazine pour les systèmes Wang. Wang a proposé des solutions adressant correctement tel ou tel domaine d’application (le traitement de texte en particulier dans le cas de Wang) mais sur des systèmes propriétaires et pour lesquels les développements tiers n’étaient pas encouragés (toujours cette logique de l’intégration verticale). Le PC a submergé les acteurs spécialisés comme Wang grâce à son côté versatile. Sur le plan du traitement de texte, les programmes sur PC (WordStar, Wordperfect, MS Word) n’étaient pas toujours du même niveau que la solution de Wang mais, à la différence de ce dernier, le PC n’était pas limité à cette seule application…

Plus sur Wang à http://en.wikipedia.org/wiki/Wang_Laboratories

La décision d’IBM connue sous le nom de "unbundling" (dégroupage) est souvent considérée comme le point de départ du développement de l’industrie du logiciel. En janvier 1969, le département de la justice a engagé des poursuites contre IBM en application de la loi antitrust. Pour faire face à cette poursuite, IBM prit les devants et l’unbundling a été annoncé par IBM en juin 1969 : moyennant une réduction de 3 % du prix du matériel, les logiciels -ainsi que la majeure partie de la formation et de l’assistance technique- seraient vendus désormais à part.

C’est le dégroupage qui donna le signal de la croissance pour les progiciels. Avant cela, ADR n’avait vendu que 300 exemplaires d’Autoflow, après cela, tout change : ADR pu vendre 100 exemplaires de son logiciel dès le premier trimestre de 1969 et la société connue une croissance de 20 % dans les années qui suivirent…

Plus sur l’unbundling à http://en.wikipedia.org/wiki/History_of_IBM#1960.E2.80.931969:_The_System.2F360_era

Autoflow (mis sur le marché par Applied Data Research en 1965) et Mark IV (lancé en 1967 par Informatics) sont considérés comme les deux premiers progiciels de l’histoire. Si ce n’est sans doute pas vraiment les tout premiers, ils sont au moins considérés comme les plus influents sur ce marché naissant.

Plus sur ADR à http://en.wikipedia.org/wiki/Applied_Data_Research

Le système 38 d’IBM, considéré comme un héritage du projet FS (Future System) étudié à partir du deuxième trimestre 1971 et finalement abandonné en 1975.

Plus sur le System/38 d’IBM à http://en.wikipedia.org/wiki/IBM_System/38

Un Kaipro faisant tourner Wordstar sous CP/M avec le fameux cache clavier qui permettait de se rappeler les nombreux raccourcis clavier. En 1984, le best-seller des logiciels d’entreprises était Mark IV et il culminait à 3000 installations alors qu’à la même époque, Wordstar (un traitement de texte, le plus vendu des logiciels pour micro-ordinateur, secteur qui était alors en pleine croissance) avait déjà été diffusé à 700 000 exemplaires. Mais l’installation de Mark IV coûtait $100 000 alors que la boite de Wordstar s’achetait à $495…

Plus sur Wordstar à http://en.wikipedia.org/wiki/Wordstar

Sandra Kurtzig, fondatrice de l’éditeur ASK. ASK computer systems, créé en 1972 par Sandra Kurtzig, était l’éditeur de ManMan, un progiciel de gestion de production (MRP pour Material Ressources Planning). L’histoire d’ASK et de ManMan est significative des méandres par lesquelles est passée l’évolution commerciale des progiciels avant leur explosion et généralisation sur le marché, entraînant ainsi l’ère des éditeurs.

Plus sur Sandra Kurtzig et ASK à http://en.wikipedia.org/wiki/ASK_Corporation

Avec ASK, Computervision a été un autre des pionniers de ces éditeurs de logiciels qui se sont comportés en intégrateurs pour vendre leurs progiciels...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.